Comment soigner l’humanité ?

Aujourd’hui, comme tous les jours un peu plus, je perds fois en l’humanité. J’ai récemment vu un extrait vidéo d’un documentaire réalisé par Arte. Dans cet extrait, on nous apprend qu’un produit, relativement efficace pour traiter le cancer du sein a été trouvé il y a quelques années de cela, mais que faute d’un rendement intéressant pour l’entreprise qui le commercialise, le produit n’a pas été mis sur le marché.

On peut commencer à se dire que le monde dans lequel nous vivons est vraiment horrible quand on apprend ce genre de choses. La santé est devenue une industrie qui doit rapporter autant qu’une industrie classique de produits matériels. Et c’est une chose horrible. Le domaine de la santé est géré par des entreprises qui ne pensent qu’au profit, comme toutes les entreprises. On renonce à faire vivre des milliers de personnes pour gagner toujours plus d’argent. Et cette vidéo ne parle que du cancer du sein. Imaginons maintenant l’ampleur de la bêtise humaine quand on considère le nombre de maladies mortelles pouvant exister sur terre. On peut donc être amené à penser que ce sont ces entreprises qui sont le nouveau moteur de l’évolution selon Darwin. L’évolution n’est plus naturelle, elle est calculée. Le cancer du sein ne vaut pas le coup d’y porter attention. Tant pis ces gens mourront. Seules celles qui n’ont pas eu ce cancer ou qui résisteront à ce cancer seront amenées à survivre.

De plus, cette vidéo n’a pas fait écho sur internet, ni ailleurs. Cela prouve bien que ces entreprises pharmaceutiques tentent de dissimuler leurs informations et nous cachent à nous, pauvres petits pions que nous sommes, des détails capitaux en terme de progrès de la recherche. Et ce pour se couvrir et ainsi éviter de faire des vagues.

Ce monde n’est plus qu’une vaste entreprise, gérée par une soit disant élite. Elite qui prend des décisions à notre place sans se soucier des conséquences.

Quand l’actualité confirme la théorie

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’un texte de Guy Debord: la société du spectacle et le rapprocher de l’actualité. Dans son texte, Guy Debord, nous expose le spectacle comme étant un produit de divertissement qui vise à aliéner l’individu. Par aliénation, il entend que l’individu se crée une fausse personnalité en écrasant sa vraie individualité. Cela l’éloigne de sa condition réelle. L’individu oublie alors ses propres aspirations pour celles qui lui sont proposées par un certain média.

Je veux en parler aujourd’hui car, comme vous le savez, la Belgique a subi des attentats terroristes en ce jour du vingt-deux mars. En me réveillant ce matin j’ai donc cherché à avoir des informations sur ce qui s’était passé et plusieurs vidéos circulaient sur la toile. Des vidéos où l’on voit des gens s’enfuir dans tous les sens dans l’aéroport de Bruxelles. De plus, ces vidéos étaient relayées par d’importants journaux alors qu’elles étaient fausses.

Je me demande alors qu’elle est l’utilité pour la personne qui a posté ces vidéos de faire croire aux gens que ce sont les vraies vidéos des attentats. On parle à ce moment là de spectacle. En effet, cette personne cherchait uniquement à faire des vues et ce sans se soucier des conséquences. Les conséquences sont que les internautes se mettent alors à paniquer et à plonger dans la terreur. On pense alors tout de suite aux proches qu’on peut avoir sur Bruxelles et la panique nous prend.

Internet a permis d’accroître ce phénomène de spectacle, car il est très facile de faire un photo montage ou de decontextualiser les images pour leur donner une tout autre signification. Et quand on sait qu’à partir d’un certain nombre de vues sur Youtube on commence alors à gagner de l’argent, certains se prêtent au jeu du spectacle et diffusent de l’information, sans savoir ou sans se soucier de la vérité de ces informations. Le seul but étant de faire le plus de vues possible. Commence alors une sorte de concours entre les internautes, à qui aura la meilleure information, le plus grand nombre de vues, etc…

Ce phénomène a des conséquences très importantes sur les internautes. Soit ils croient à tout ce qu’on leur expose sur internet et sont donc aliénés car ils oublient leurs propres aspirations pour celles des gens qui diffusent les informations. Ils ne sont donc jamais au courant des vraies informations ce qui est assez désolant. Soit ils ne croient plus en rien sur internet et se méfient de tout en se demandant alors à qui faire confiance.

Avant de finir: petite pensée à nos amis Belges qui traversent une période difficile. Bisous !

Les médias nous mentent

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’une série que j’affectionne particulièrement: House of Cards. Cette série raconte l’histoire de Franck Underwood qui se bat pour monter les échelons et gagner du pouvoir. Cette série est très intéressante, car outre le fait qu’elle est très agréable à regarder, il y a une vraie réflexion sur les médias.

En effet, dans cette série les médias tiennent une place très importante. Dans un premier temps, les médias permettent aux politiciens de se mettre en avant et donc d’apparaître sous une bonne image. Ils apparaissent, à l’écran, comme des gens parfaits, à qui on a rien à reprocher. Mais en dessous de cette image se cache souvent une personnalité très égoïste et très hypocrite dont le seul but est d’obtenir toujours plus de pouvoir et de se rapprocher de la place très prisée de la présidence américaine. Les médias permettent donc aux politiciens de mentir au peuple en apparaissant comme le meilleur candidat pour le poste qu’ils cherchent à atteindre et ainsi gagner les votes d’un maximum de personnes.

Dans un deuxième temps, les médias permettent de descendre une personnalité en cherchant à faire le buzz quant à la vie privée du politicien. Je pense particulièrement à l’épisode où Franck donne à Zoé (une journaliste) les premiers jets de la nouvelle réforme pour l’éducation de Donald Blythe en lui disant que ce sera la version officielle. Ce premier essai n’est pas complet et a besoin de beaucoup de modifications. Cela a donc donné une image très mauvaise de Blythe. La population l’a alors pris pour un incompétent et leur confiance en lui s’est évaporer. De plus Franck a récupéré la place que Blythe avait décidé de quitter. Les médias permettent donc d’évincer des candidats potentiels à des postes importants et ainsi permettent à d’autres politiciens de se frayer un chemin vers le pouvoir.

Dans cette série, les médias ont donc un très grand rôle à jouer dans la poursuite du pouvoir par les politiciens. Soit en les décrédibilisent totalement, soit en les glorifiant. Ce qu’il faut retenir de cette série c’est que les politiciens qui apparaissent à l’écran où dans les journaux sont des hypocrites qui passent leur temps à mentir pour leur propre satisfaction.

Ma place dans la société

Aujourd’hui, j’entame un sujet très complexe mais que j’affectionne particulièrement. La place des femmes dans la société actuelle. Malheureusement je n’ai pas encore les connaissances nécessaires pour étayer mes propos car nous n’avons pas encore travaillé sur ce sujet en classe mais j’aimerais tout de même en parler. En effet, la semaine de relâche m’a permise de flâner sur internet, mais surtout de tomber sur des informations effarantes. De plus, un de mes pairs a posté sur son blogue une vidéo résumant assez bien ce qu’il se passe dans ma tête. En effet, cette vidéo permet de se questionner sur la place que tiennent les femmes dans la société. Sur l’image que renvoient les femmes à l’heure actuelle. Sur ce qu’on pense des femmes tout simplement.

De plus, le comité multimédia a récemment organisé une soirée ayant pour thème « change de sexe ». Les filles devaient alors s’habiller en garçons et inversement. Cette soirée, qui fut très drôle, permit aussi aux garçons de se poser deux, trois petites questions. En effet, chacun prenant son rôle très à coeur lors de cette soirée, nous nous sommes tous mis à imiter les comportements de l’autre sexe, mais poussés à l’extrême. Pour être plus précise, les garçons (déguisés en filles) ont imité un comportement de femme fragile mais surtout de femme soumise. Tandis que les filles (déguisées en garçons) ont imité un comportement d’homme très viril et très misogyne. Pendant la soirée, un garçon est venu me voir et m’a dit « comment vous faites les filles pour endurer mais aussi subir des comportements aussi misogynes, comme vous faire accoster dans la rue de manière tout à fait repoussante. C’est horrible ! » (bon les propos n’étaient pas exactement prononcés de la même manière à cause des quelques litres de bière ingérés, mais cela voulait dire la même chose). Ce qui me choque, c’est qu’il a fallu attendre cette soirée, pour qu’il se pose cette question, pour qu’il remarque que certains comportements n’ont pas lieu d’être. De plus, le fait que les garçons imitent de tels comportements est assez choquant. Est-ce l’image qu’ils ont des femmes ? Est-ce que les hommes en général ont cette image des femmes. Cette image ne devrait pas exister. Quand on compare cette image aux femmes que l’on connaît, que l’on côtoie, on ne voit pas ce comportement en elles. En effet j’ai toujours vu les femmes qui m’entouraient (comme ma mère, mes grand-mères, etc…) comme des femmes fortes et non comme des femmes soumises et qui plus est soumises à leur mari. On peut donc se questionner ainsi: d’où vient cette image, très péjorative des femmes ? A première vue, on peut penser que cette image vient de la télévision, comme on le voit dans la vidéo mentionnée ci-dessus. On voit des ménagères (terme péjoratif très souvent employé), rien d’autre. Des femmes dont la place se trouve à la maison et non dans la société. Des femmes inférieures aux hommes, incapables de prendre une décision concernant la société. Internet participe aussi à cette image. En relayant des photos, des videos. La pornographie est aussi source d’une mauvaise image. On y voit une image des femmes toujours plus soumises aux hommes. Les magazines, qui prônent la beauté plus que l’intelligence sont aussi vecteurs de cette image. En résumé les médias de masse influencent cette image. On pourrait écrire un article qui parle uniquement de l’image que les médias renvoient des femmes. (je suis tentée d’en écrire un, à voir)

Il n’y a encore pas longtemps, nous parlions entre amis de l’égalité, homme/femme et un ami (homme) m’a dit « Mais c’est bon maintenant, la femme est l’égale de l’homme, on ne vous sous-estime plus ». Ah bon ? Quand on voit qu’en France, le salaire des femmes est toujours inférieur à celui des hommes à poste équivalent, on peut revendiquer cette égalité. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Ce qui m’a le plus choqué dans ses propos, c’est surtout qu’il ne se rend pas compte que les femmes ne sont toujours pas l’égale de l’homme, que les femmes sont discriminées dans ce qu’elles entreprennent, etc… Le fait que les hommes ne se rendent pas compte de ce fait, paralyse les démarches vers une égalité presque parfaite. (car oui, je pense que cette égalité ne sera jamais parfaite, car les femmes ne sont pas des hommes. Nous sommes différents mais cela ne devrait pas avoir d’impact sur notre place dans la société)

Alors oui d’accord, on a fait des progrès au niveau de l’égalité homme/femme mais ça reste encore dur. Parlons du débat qu’il y a eu il y a quelques temps en France. En effet, le gouvernement veut taxer les protections intimes des femmes car il considère que ce ne sont pas des produits de première nécessité, tandis que les mousses à raser des hommes ne seront pas taxées. Euh…… On m’explique là parce que j’ai pas tout compris. Je n’arrive même pas à songer que cette « réforme » ou devrais-je dire cette connerie soit sortie de la bouche de quelqu’un un jour (pardon pour le gros mot). En 2015 (époque du débat), ce n’est pas possible d’entendre des propos comme ça. Surtout dans une France qui prône l’égalité de tous. « Liberté, égalité, fraternité ». Vous vous en rappelez ? On est loin de coller parfaitement à cette devise. Il reste du travail à accomplir mais surtout des mentalités à changer de toute urgence.

Bon, cet article sur la position des femmes dans ce monde de brutes est le premier mais certainement pas le dernier. Je compte en reparler quand j’aurai étudié des textes dessus et que j’en aurai discuté en cours car ce sujet m’indigne et me met très en colère. Le poser par écrit me fait du bien, je me dis que je contribue un peu aux débats. Ce sujet me pousse à l’indignation et me fait toujours plus perdre foi en l’humanité. Je me demande comment les prochaines années vont se passer pour nous les femmes, comment vont évoluer les débats, quelles réformes vont être prises ?

Cet article est donc un premier jet de ma pensée qui est vraiment très dure à formuler. Qui plus est, ce débat se tient dans beaucoup de domaines. Le travail, les médias, etc… J’essaierai, dans les prochains, articles de me concentrer sur les médias, sujet qui nous intéresse dans ce cours. Mais pour le premier article parlant de ça, je voulais rester assez large pour exposer ma pensée. Je vous donne donc rendez-vous plus tard pour un article plus précis et détaillé.